Constantin Renz, un conducteur venu d’Allemagne avec ses beaucerons, a participé à un stage de troupeau suivi d’un petit concours du 23 au 25 janvier 2020. Il partage avec nous son expérience.

“Le CSCCT (club suisse chiens continentaux au troupeau) a organisé des stages en janvier et février à différentes dates pour travailler sur moutons avec les chiens de berger.

Les rencontres ont été divisées en différents thèmes, de sorte que l’on apprenne non seulement comment élever un troupeau, mais aussi les connaissances de base sur l’élevage de moutons. La théorie associée aux exercices pour les examens de la FCI, une bonne base !

Le 23-25.01.2020, ce séminaire de 3 jours était complet.

2 jours de travail avec les moutons, 1 jour d’examens pour les cours du NHAT (Herding Instinct Test), HWT (Herding Working Test) et IHT 1 & 2.

Le premier jour a été consacré à faire le point sur la situation, la place des équipes homme-chien, la façon de traiter les moutons et les exigences du travail. Durant chaque parcours non seulement le chien qui travaille et son conducteur apprennent, mais les autres spectateurs peuvent aussi apprendre et comprendre beaucoup en observant et en réfléchissant sur eux-mêmes. Grâce aux explications du formateur et juge de la FCI Steve Jaunin, de nombreux problèmes et malentendus sont résolus.”

Sortie avec les moutons

“Pour évaluer la façon dont les participants gèrent une “vraie tâche”, après une pause déjeuner, l’accent a été mis sur le travail réel d’un berger. Tout le groupe s’est rendu en voiture dans un vignoble situé à environ 3-4 kilomètres, où une partie du troupeau de moutons avait fini de paître. Ces moutons devaient  être amenés sur une bonne distance de 4 kilomètres jusqu’au prochain vignoble.

La procédure a été discutée et l’ordre des événements a été déterminé. Steve Jaunin a d’abord fait sortir le troupeau des vignes sur le chemin de terre, puis la première équipe a pris la relève. Ainsi, nous avons traversé de nombreuses surfaces, champs, forêts, prairies, villes et routes.

“Toujours sous l’observation du formateur et avec la protection de son chien de berger. Il est étonnant de voir les compétences de chaque participant, alors qu’il s’agit d’une “vraie” tâche et que chaque erreur, supposée lourde de conséquences, peut avoir.

(À cette fin, Steve Jaunin et ses chiens ont tout observé et sécurisé).

En ce qui concerne les différents team, on peut remarquer qu’elles ont toutes travaillé au-delà de leurs capacités. On apprend à faire confiance à la situation, à faire confiance à l’équipe entre chien et humain, à tenir les moutons afin de leur dire « Faites-moi confiance et je vous mènerai à bon port”.

Des apprentis bergers à l’écoute

“Cependant, si un participant ne voulait pas prendre la relève sous la pression ou la tâche, cela était accepté, personne n’était forcé de faire un travail qu’il ne voulait pas faire lui-même.

Après l’arrivée du troupeau au nouveau vignoble, les équipes ont dû remonter la piste jusqu’à leurs voitures. C’était une excellente occasion de discuter à nouveau de tout cela.

On entendait sans cesse “Ah, nous voilà” et “Wow, nous voilà en train de courir !”, les gens échangeaient des idées, s’entraidaient et donnaient des conseils. Pas étonnant que la soirée n’ait pas duré trop longtemps après une agréable fondue au fromage, tout le monde était très fatigué…

Le deuxième jour a commencé par un bref bilan de l’expérience, une ou deux questions du formateur pour vérifier si avait assimilé les différentes choses et si on pouvait l’emporter avec soi.

 

Sur le vaste terrain de Steve Jaunin, on ne peut s’empêcher d’être émerveillé. Si vous perdez vos moutons ici, vous devez monter très vite de nombreux mètres.

Un terrain très en pente

La position correcte avec les moutons, la lecture et la conduite du chien, on l’apprend ici très précisémen. Au plus tard après cinq ascensions du terrain pour récupérer le troupeau, on sait à quoi s’en tenir.

Le cours a été expliqué et dirigé, les obstacles ont été discuté et l’une ou l’autre clé pour la bonne solution a été donnée. Non seulement le point de vue de l’être humain est toujours suffisant pour une solution, mais souvent il s’agit d’un changement de point de vue, qui révèle déjà une nouvelle possibilité de maîtriser l’obstacle. Le passage des équipes a été déterminé en fonction du mois de naissance.”

Le coach dans la peau d’un chien

“Chaque équipe a été observée, filmée ou photographiée. Pour discuter plus tard des erreurs ou des bons points, afin que tout le monde puisse en profiter. Le starter suivant a dû s’entraîner au repos sur un second troupeau. Laissez les moutons paître et gardez le chien sous contrôle. Le mélange de ces deux exercices a permis d’obtenir l’un ou l’autre super résultat correct.

Tout le monde peut s’améliorer, que ce soit en théorie ou en pratique.

Après la pause déjeuner, la journée s’est terminée par un exercice sans chien.

Le formateur s’est mis à disposition en tant que chien et les participants, en tant que bergers ou agriculteurs.

Les bergers devaient guider le dresseur comme un “chien” vers les moutons.

Les erreurs et les malentendus dans le langage corporel ont été rapidement reconnus, permettant de comprendre pourquoi le propre chien réagissait de cette manière et pourquoi les moutons étaient alors partis. Il y a eu beaucoup de rires, mais on a pu apprendre beaucoup de choses sur soi.

 

3ème jour, jour du test. L’heure de rencontre a été fixée à 8h30 dans la zone de concours à Valeyres-sous-Montagny.

Après un bref accueil et le paiement des frais d’examen, nous sommes passés à la discussion sur l’examen. L’objectif et les méthodes de travail souhaitées ont été discutés. Ce que le juge veut voir et ce qu’il ne veut pas voir. Ici, il est très important de bien écouter, car vous pouvez emmener l’un ou l’autre conseils ou explication avec vous pour votre propre passage.

Ensuite, il y a eu l’inspection du parcours, les classes HWT et IHT 1 avaient le même parcours, mais les parcours et les tâches des différentes stations étaient différents.

Par exemple, lorsque vous faites paître le troupeau à l’IHT 1, vous devez attraper un mouton marqué et tirer quelque chose du groupe.

L’IHT 2 a eu son propre parcours qui était déjà beaucoup plus difficile par rapport à l’IHT 1.

Finalement, le NHAT a suivi, dans lequel l’instinct grégaire naturel des chiens a été testé.

Apprendre en regardant

Les participants sont venus les uns après les autres. Chaque parcours a été examinée par le juge et, à la fin, a également fait l’objet d’une discussion avec les spectateurs et les autres participants.

Il est important non seulement d’y participer, mais aussi de regarder et d’apprendre beaucoup. On peut sentir l’excitation partout, ce qui vous met vraiment en mouvement.

Après que toutes les classes et tous les participants aient terminé leur parcours il y a eu un discours de clôture, suivi des impressions du juge sur la journée. La cérémonie de remise des prix s’est déroulée dans un petit cercle et a néanmoins été un grand événement.

La cohésion des participants et l’indulgence sont les éléments les plus importants lors d’une telle journée.”

Écrit par Constantin Renz